Spécial TPE

Vous pouvez maintenant envisager d’étudier, voire de souscrire une police d’assurance crédit. Les Compagnies qui ont longtemps délaissé ce marché, ont enfin pris conscience qu’il y avait une réelle demande.

Affacturage


Après que le marché de la TPE ait été négligé par les factors, vous avez maintenant le choix parmi toute une panoplie de contrats dont les rédacteurs ont fait assaut d’imagination.

Des études ont démontrées que, du fait du coût, du manque de temps et d'éléments pour apprécier la solvabilité de leurs clients :

  • les deux tiers de ces entreprises ne fîxent pas de plafond d'encours à leurs clients ; cette proportion peut même atteindre 88 % pour la catégorie d'entreprises employant moins de 10 personnes .
  • un tiers n'utilise pas de process de relance,
  • ce qui amène les deux tiers d'entre elles à être confrontés à des impayés clients aussi bien sur leur marché domestique qu'à l'exportation. Ces impayés ont des conséquences d'autant plus lourdes que les clients sont peu nombreux ou mal répartis.


Vous pouvez dans certains cas et sous certaines conditions y avoir accès même si votre entreprise est de création récente, mais avec un chiffre d’affaires minimum allant de 150.000 € à 600.000 €.


  • Le contrat issu du contrat de base des factors vous permettra de bénéficier de bonnes performances mais dans le cadre d’un processus simplifié et souvent automatisé. Il comprend donc : le financement, la garantie, le recouvrement, la gestion des comptes acheteurs (la comptabilité clients est faite par le factor).

    Le principe du fond de garanti (10 %) subsiste et le financement des créances s’effectue à hauteur de la garantie accordée. Les factures non-conformes ou avec des justificatifs insuffisants sont mises en fonds de réserve et donc non financées.
    Un plafond de financement est toujours défini, il s’entend soit par remise, soit par encours.

    Chez certains factors vous pourrez confier votre chiffre d’affaires à l’exportation vers les pays de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord.
    La tarification est faite soit:
    • à partir d’un barème basé sur le chiffre d’affaires,
    • à partir une association entre le nombre de clients et le nombre de factures,
    • à partir de l’encours géré et du nombre de clients,
    • à partir d’un coût fixe par client et par facture.
    • elle peut être intégralement forfaitaire ou prévoir des frais d’interrogation par agrément, ou la répercussion des frais bancaires.
  • Les contrats innovants
    • vous permettent de céder les factures d’un seul client , comme la totalité du poste clients,
    • le transfert de créances ponctuel ou régulier, sans frais d’entrée ni d’abonnement..


L’ensemble de ses possibilités assorties de conditions différentes chez chaque factor représente une jungle pour un néophyte. Il mettra beaucoup de temps à l’élaguer ou il s’y fourvoiera, pour considérer in fine que le factor lui à coûter cher et n’a pas répondu à son attente. Avez dèjà essayer de comparer les prix et les services des abonnements des opérateurs de téléphone portables !

 

Assurance crédit

Ce créneau de sociétés est composé d’affaires petites ou moyenne qui par stratégie veulent le rester. Elles peuvent aussi être de création récente avec dans la majorité des cas une répartition de clientèle classique de types 80-20, c’est-à-dire un risque concentré sur un petit nombre de clients, la défaillance de l’un d’eux entraînant au mieux de graves difficultés de trésorerie, au pire une défaillance du fournisseur.

Un patron de TPE n’a pas vocation à analyser son risque client.
Il a bien sûr la possibilité de faire appel à une société de renseignements, ce qui est un minimum auquel beaucoup ne se plient pas, mais elle a besoin, étant endettée, ou ayant besoin d’investir ou tout simplement pour assurer la pérennité de son travail et rassurer son banquier de souscrire une assurance de bonne fin de ses créances commerciales.
Pendant longtemps, les assureurs crédit n’ont pas pu techniquement offrir des contrats à un prix supportable par des affaires générant un chiffre d’affaires modeste.
L’informatique et certains aménagements à leur contrat de base ont permis à chaque Compagnie d’élaborer des produits performants.

Il est très important d’avoir à l’esprit qu’afin de réduire au maximum leurs coûts celles-ci ont informatisés au maximum les processus de gestion qui passent automatiquement par Internet et limite la portée de leur contrat,

  • toujours par la disparition de la couverture des ordres à livrer (commandes antérieures à une position restrictive sur un client),
  • par une réduction des délais qui vous sont laissés pour proroger une échéance, ou transmettre un dossier contentieux,
  • parfois par une limitation assez sensible du décaissement maximum prévu au contrat, qui induit une réduction de la garantie maximum sur un client.


Par ailleurs, les Compagnies s’engagent dans la plupart des cas à vous donner une réponse en ligne. Chaque fois qu’elles n’auront pas de dossier elles vont adopter le principe du scoring (ou scorage accord par défaut d'information négative).

C’est aussi au sein des TPE / PME qu’il y a le moins de spécialistes de la finance, du droit, du recouvrement et que le personnel, le chef d’entreprise en premier lieu, doit faire face à de multiples tâches. C’est donc pour pallier la démarche des assureurs que ces sociétés ont le plus grand intérêt à souscrire une police par l’intermédiaire d’un courtier dont l’action personnalisée leur évitera de n’être qu’un numéro et dont les conseils leur permettront de résoudre nombre de cas survenant dans la gestion quotidienne d’un poste clients. C’est pour cela aussi que nous revendiquons l’appellation d’assureur conseil.

  • Ce type de polices s’adresse aux entreprises dont :
    • le chiffre d’affaires de 0 à 5 millions H.T. d’euros (le minimum et le maximum étant fonction des Compagnies,
    • le nombre de clients entre 25 et 1.000,
    • les clients sont domiciliés en France, en Europe occidentale (dont hors PECO) et en Amérique du nord,
    • l’encours maximum sur un client de 30 à 90.000 €.

  • Et leur offre contre le paiement d’une prime forfaitaire, payable terme à échoir :
    • la prévention et la surveillance de leurs clients,
    • le recouvrement de leurs créances en général supérieures à 2 à 300 €,
    • l’indemnisation à 85 ou 90 % des créances H.T. impayées sur la base de l’insolvabilité de droit et/ou fait (supérieures à 2 ou 300 €).


Vous pouvez aussi envisager l’assurance en excédent de pertes, cette technique vous permettra d’obtenir un coût moindre, mais elle nous semble globalement moins bien adaptée aux besoins des TPE.

© 1999 - 2020 Hogesco